Cancers : faciliter l’accès des patients aux innovations

En France, seulement 5% des patients participent à des essais thérapeutiques leur permettant ainsi d’accéder aux molécules innovantes.

En France, seulement 5% des patients participent à des essais thérapeutiques leur permettant ainsi d’accéder aux molécules innovantes. Jean-Philippe Spano, oncologue médical à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris), Christophe Massard, oncologue médical et chef de service à Gustave Roussy (Villejuif), Philippe Moreau, onco-hématologue au CHU de Nantes et Gilles Freyer, oncologue à l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon expliquent, sur le site « Cancers, les défis de l’innovation », l’importance de développer la culture des essais cliniques dans notre pays et de revoir le système d’évaluation de l’innovation thérapeutique afin de faciliter l’accès des patients à ces innovations.

Apporter davantage de moyens et de financement à la recherche clinique
Pour Jean-Philippe Spano, oncologue médical à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris « le nombre de patients inclus dans les essais reste encore insuffisant en France. Les efforts menés par les professionnels de santé, les hautes autorités, l’INCa ont donné des fruits mais ce n’est pas suffisant. Si nous voulons continuer à promouvoir la recherche clinique en France et permettre aux experts de pouvoir la mener de manière optimale, des moyens et des ressources humaines supplémentaires sont indispensables. » 
Retrouvez son interview ICI

Développer une culture des essais cliniques
« Une meilleure collaboration entre les centres de cancérologie est indispensable pour faire profiter de ces essais cliniques, un maximum de patients qui souhaiteraient y participer leur offrant ainsi l’accès aux médicaments de demain. Gustave Roussy dispose d’une vraie culture des essais cliniques, l’ensemble des médecins qui y travaillent sont persuadés que la participation à ces essais peut être une chance. Ainsi, plus de 20% des patients de Gustave Roussy sont inclus dans des essais cliniques versus 5% en France. Il existe un réel besoin de faire évoluer la culture des médecins », affirme Christophe Massard, oncologue médical et chef de service à Gustave Roussy (Villejuif). 
Retrouvez son interview ICI

Rendre les molécules innovantes rapidement accessibles pour les patients
Philippe Moreau, onco-hématologue au CHU de Nantes, prend exemple du myélome multiple où « des progrès significatifs ont été réalisés ces dernières années mais les molécules doivent être rapidement accessibles. Elles ont été approuvées mais un blocage réside entre le niveau européen et le niveau d’utilisation en France dû au passage dans plusieurs commissions d’évaluation. Pourtant, plusieurs patients français ont participé à ces essais cliniques et contribué à la mise sur le marché de ces molécules. » 
Retrouvez son interview ICI

Un constat que confirme Gilles Freyer, oncologue à l’Institut de Cancérologie des Hospices Civils de Lyon : « Notre système d’évaluation et de valorisation de l’innovation médicamenteuse n’est pas à la hauteur des défis que pose cette innovation pour les années à venir. Certains médicaments auraient été fortement valorisés il y a une dizaine d’années alors qu’aujourd’hui, ils sont contestés. Cette évaluation est de plus en plus lourde et génératrice de délais trop importants. Entre le moment où l’efficacité du médicament est reconnue et le moment où nous pouvons effectivement le prescrire aux patients, il se passe parfois des années, ce qui est considérable en termes de perte de chances pour les patients. » 
Retrouvez son interview ICI

Interviews réalisées lors des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr) 2017 et 2016 et diffusées sur le site Acteurs de Santé « Cancers, les défis de l’innovation », soutenu par Lilly.

En savoir plus, http://www.cancer-lesdefisdelinnovation.fr
https://www.gustaveroussy.fr/
http://pitiesalpetriere.aphp.fr/
http://www.chu-nantes.fr/
http://www.chu-lyon.fr/fr
www.rcfr.eu