Cancers et e-santé

Des technologies au service des patients et des professionnels de santé

Le Dr Fabrice Denis, oncologue, à l’Institut de cancérologie Jean Bernard au Mans et le Pr Etienne Minvielle, titulaire de la chaire de management Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) témoignent de l’importance de la valeur ajoutée de ces nouvelles technologies dans le parcours de soins des patients.

Retour à domicile : apporter une réponse personnalisée au patient
Pour le Pr Etienne Minvielle, « les innovations, notamment avec le numérique, les infirmières de coordination ou l’engagement du patient pour un suivi à distance mieux coordonné constituent de véritables enjeux. En effet, lorsque le patient n’est plus à l’hôpital, de nombreux signaux montrent qu’il se sent livré à lui-même lors de son retour à la maison. Pour l’instant, le système peine à répondre à toutes ces questions de manière personnalisée et pragmatique. Le patient devrait pouvoir contacter un oncologue dans le milieu hospitalier à tout moment à l’aide de dispositifs intelligents qui permettent de répondre à toutes ses questions. »
Retrouvez l’intégralité de son interview ICI 

Un lien direct avec les médecins référents
« Nous développons actuellement des applications que les patients utilisent chez eux pour être mieux suivis par leur équipe médicale en envoyant eux-mêmes des informations comme, par exemple, des symptômes. Ce type d’approche permet de détecter plus tôt des événements cliniques potentiellement dangereux comme des rechutes, des embolies ou des infections », explique le Dr Fabrice Denis. « A Gustave Roussy, un portail internet, accessible les jours ouvrables, permet au patient de pouvoir contacter à tout moment les médecins référents et l’ensemble des professionnels hospitaliers ou d’être orientés vers d’autres acteurs qui ne nécessitent pas d’avoir l’expertise d’un oncologue », ponctue le Pr Etienne Minvielle. 

Démontrer la valeur ajoutée de ces nouvelles technologies
« Nous espérons pouvoir démontrer, dans les suivis à distance, que les applications et les portails vont permettre de réduire l’hospitalisation, d’améliorer l’observance. Il existe peu de preuves dans la littérature scientifique, d’où un enjeu très fort d’évaluations qui apportent des preuves », insiste le Pr Etienne Minvielle. Pour illustrer l’évaluation de la valeur ajoutée des applications, le Dr Fabrice Denis indique qu’« une étude menée sur le cancer du poumon a révélé qu’une détection plus précoce des symptômes et des complications  augmentait la survie de plus de 20% sur une année1, simplement en faisant participer le patient et en élaborant des algorithmes qui évaluent à partir des symptômes, la possibilité qu’il y ait un problème pertinent pour alerter l’équipe médicale. » 
Retrouvez l’intégralité de son interview > ICI 

1 F. Denis et al. Randomized Trial Comparing a Web-Mediated Follow-up With Routine Surveillance in Lung Cancer Patients.JNCI: Journal of the National Cancer Institute, Volume 109, Issue 9, 1 September 2017

Interviews réalisées lors des 11èmes Rencontres sur le Cancer, à Paris, en octobre 2017 et diffusées sur le site Acteurs de Santé « Cancers, les défis de l’innovation », soutenu par Lilly. 

http://www.cancer-lesdefisdelinnovation.fr/
https://www.ehesp.fr/
http://www.cjb72.org/