Offrir une meilleure adhésion du patient à son traitement

Clémentine Villeminey expose les bénéfices d’une mise en place d’un parcours personnalisé basé sur une évaluation pré-thérapeutique précoce et le suivi à distance des patients.

Clémentine Villeminey, praticien hospitalier, responsable interface ville – hôpital au CHU Cochin-Port Royal, à Paris, expose les bénéfices d’une mise en place d’un parcours personnalisé basé sur une évaluation pré-thérapeutique précoce et le suivi à distance des patients à l’occasion des Rencontres de la Cancérologie Française (RCFr) 2017 qui se sont tenues, les 21 et 22 novembre, à Paris.

Le parcours personnalisé proposé aux patients sous traitements anticancéreux et thérapies orales, à l’hôpital Cochin, se décline en deux temps : l’évaluation pré-thérapeutique précoce et le suivi à distance. L’évaluation pré-thérapeutique précoce systématique et pluridisciplinaire de tous les patients permet d’effectuer une analyse des besoins et des risques avant la mise sous traitement anticancéreux. Elle réunit, en un lieu unique, différents intervenants autour du patient au cours d’une même journée qui peut ainsi bénéficier d’une expertise médicale, pharmaceutique et paramédicale. Après validation du traitement adapté et individualisé - en fonction de cette évaluation pré-thérapeutique - un suivi à distance est organisé par l’équipe d’interface ville-hôpital. Elle consiste à suivre l’inter-cure du patient en dehors de l’hôpital afin de prolonger la continuité des soins, de sécuriser l’inter-cure, de gérer en temps réel les effets secondaires et d’anticiper les problématiques pour optimiser la venue du patient au prochain hôpital de jour.

De multiples bénéfices pour le patient et l’hôpital
Cette prise en charge du patient améliore la continuité et la sécurité des soins, offre un soutien psychologique, permet une gestion des effets secondaires en temps réel, permet une coordination avec une équipe de professionnels de ville dont le médecin traitant du patient et réduit ainsi le recours aux urgences.

Une étude publiée dans le service montre que ce système de surveillance à distance permet une diminution des venues aux urgences de presque 60% et une baisse des hospitalisations non programmées liées aux effets secondaires, ce qui confère un gain économique par l’optimisation de l’hôpital de jour puisque toutes les problématiques ont été anticipées.

Recréer un lien entre le traitement suivi à l’hôpital et le long parcours du domicile
L’hôpital est une parenthèse dans la vie du patient ; en effet, il passe 80% de son temps à domicile.  Il faut donc donner au médecin traitant la possibilité de faire une prise en charge de qualité. Or, il n’a pas forcément en tête les dernières avancées, les dernières molécules, les dernières interactions éventuelles avec les nouvelles molécules qui arrivent trop fréquemment…

Avoir une ligne téléphonique et un accès rapide, simplifié à l’état clinique de son patient, quand il est passé en hôpital de jour, 3 jours avant, permet au médecin traitant d’avoir les éléments lui permettant une prise en charge de qualité. Cela renforce également le niveau de confiance du patient en son médecin. En gérant, en temps réel, toutes les problématiques de l’inter-cure, le patient évite de changer de ligne thérapeutique du fait des effets secondaires.

Cancers, les défis de l’innovation, en savoir plus ICI

RCFr, en savoir plus www.rcfr.eu

https://www.aphp.fr/contenu/hopital-cochin